Floating, happening : l’art de transformer nos routines

On y passe tous en moyenne 45 minutes de notre quotidien à pester sur ses arrêts trop longs, ses pannes, ses wagons trop petits, à se faire marcher dessus et étouffer par des inconnus… Et pourtant le métro parisien change sous nos yeux sans que nous ne l’apercevions, il se transforme et voit fleurir de l’art dans tous ses recoins.

floatingDepuis 2009, nous pouvons voir germer dans toutes les stations d’Ile-de-France d’intrigantes affiches colorées vertes ou bleues. On passe devant quotidiennement, elles sont là juste sous notre nez et quand (enfin) nous les regardons de haut en bas on se dit tout naturellement que ce sont des papiers vierges que la RATP pose en attendant qu’une autre pub s’insert dans l’espace et ce n’est pas complètement faux mais c’est aussi bien plus encore…

Ces bouts de papiers mystérieux sont nommés des « Floatings », à traduire littéralement en français par «les affiches flottantes ». Elles ont été créées par une équipe de 4 jeunes graphistes à l’imagination débordante qui forment l’agence « Les Graphiquants ». Leur travail consiste à créer un nouveau design à base de recherches sur les formes géométriques et les papiers pliés. En somme, 4 jeunes garçons pleins de bonnes idées ! Reconnus dans le monde de l’art, leurs papiers devenus discrètement célèbres étaient déjà en couverture du catalogue de l’exposition « Papier Machine » du Centre Pompidou Metz de mai à juillet 2009, peu de temps après leur apparition dans nos métros.

pompidou

À l’origine, c’est la crise économique subi par les régies de publicités qui a inspirée ses œuvres. Les marques investissent de moins en moins dans l’affichage métro jugé trop couteux et peu rentable et préfère miser sur des valeurs qui ont déjà fait leurs preuves comme la radio et la télévision. La régie Metrobus en charge des inserts de publicités se trouve alors mise dans une position délicate : il faut éviter que le voyageur soit mis en face à face avec ce vide dans les couloirs du métro, il faut donc trouver une solution efficace et discrète. De là est venu l’appel aux Graphiquants pour compenser ce vide dans l’esprit des voyageurs.

Une cocotte géante dans le métro

L’idée des designers était surtout de recréer à leur manière un paysage dans le métro. En total contradictions avec les innombrables affiches colorées et slogans qui fusent dans tous les sens, les Floatings sont là pour reposer l’œil sans l’attirer pour autant sur le vide laissé par la publicité. Aujourd’hui, elles s’illustrent dans notre quotidien plusieurs fois par jours depuis plus de quatre ans. C’est simple, ça flotte, ça inspire la tranquillité. Et qui n’a jamais rêvé d’apporter un peu calme dans le métro ou sur les quais du RER ?

Lorsque l’on regarde ces affiches, de loin nous voyons simplement une grande affiche colorée, neutre, sans grand intérêt ni originalité, quand on  y jette un œil de plus près on remarque les nervures qui habillent le papier, ses formes géométriques régulières, on y voit une cocotte à papier géante dont on aurait soigneusement fait ses plis puis aplatie. Les Floatings s’observent et se décortiquent à l’image d’une œuvre d’art : de multiples façons et avec des interprétations propre à chacun.

floating_metrobus

Source : Graphiquants

Ses drôles d’affiches sont aussi là pour pousser la réflexion du voyageur avec un double sens à leurs applications : le Floating représente l’absence d’affiche et pourtant c’est un visuel omniprésent, c’est le plus visible de France. Le nombre d’exemplaires est lui-même indéfinissable car c’est maintenant mécanique : quand il n’y pas d’affiche il y a un Floating. Elles remettent en question l’intérêt de la publicité au sein de notre société. Les Graphiquants ont fait le choix de ne pas faire une communication basée sur l’image, ils donnent vie à un espace creux en toute discrétion. À contre-sens des codes publicitaires, l’affiche n’est pas signée, elle est sans logo ni slogan ou flashcode. Leurs existences restent confidentielles. Aucun indice n’est donné. Elles se posent en maitre du silence parmi ces couloirs affublés d’affiches qui se suivent sans cesse. Intégrées dans le paysage urbain parisien, les Floatings ont réussi à s’exporter sans problème. Présent tout d’abord dans le réseau métro et RER de Paris elles sont posées et vous interrogent maintenant dans toutes les gares SNCF de France.

Le Floating a été le véritable point de départ des Graphiquants. Avec ce tremplin professionnel l’agence a eu une notoriété grandissante dans le monde de l’art et ses collaborateurs ont pu saisir de nombreuses opportunités plus prestigieuses les unes que les autres.  En juin 2011, ils sont nommés « Agence Européenne de l’Année » aux European Design Awards. Leur dernière création remarquée et remarquable en date a été l’identité visuel de la Biennale de Danse de Lyon en 2012, faisant flotter des danseurs parmi des ballons noirs et blancs. Ils se sont fait un nom et porte fièrement leur concept dans toutes leurs créations.

biennale

Le Père Noël délaisse ses rennes pour le métro

Initiateur ou non du concept qui vise à apporter un peu plus d’art dans les transports en communs, un autre collectif a été mis sur le devant de la scène dernièrement : Sisaprod. Toujours dans l’esprit de se cultiver et d’apporter un peu de réflexion dans les tristes transports en communs, ce collectif d’artistes eu la brillante idée de redécorer une rame de métro de fond en comble avec du papier cadeau. Posé au petit matin du 20 décembre 2013, cet happening a réussi à recréer l’esprit de Noël dans le métro parisien et à égayer la journée des usagers : une invitation à pousser les limites de leur imagination.

metro-papier-cadeau

Au total, environ un tiers de cette rame de la ligne 8 a été soigneusement recouverte de papier cadeau rose à motifs. Si les usagers ont été ravis et surpris par l’initiative, la RATP n’a pas trouvé la blague de très bon goût et a stoppé la rame au plus vite afin de la nettoyer. Ces différents projets procurateurs de repos et de bonne humeur devraient avec un peu de chance vivement se démultipliés dans le temps.

Notre environnement change, ouvrez les yeux…Guettez la nouvelle tendance artistique de demain au prochain arrêt.

2 comments

  1. Perso, je n’avais pas fait attention à ces affiches bleues que je considérais comme des panneaux en attente de pub!
    Dorénavant, j’aurais un autre regard sur ces « floatings » :). Il faut continuer à animer ce bon vieux métro, et pourquoi pas aller encore plus loin, avec des expos à la place de certains lieux d’affichage !!!!

Laissez un commentaire :