Image 2

La fièvre de la course à pied !

Et c’est reparti pour un tour, dimanche 6 avril ce sera la 38ème édition du Marathon de Paris ! 46 000 coureurs se lanceront des 8h35 sur la plus belle avenue du monde. Les Champs Élysées et la ville de Paris seront le théâtre d’un des plus grands événements sportif de l’année. Le nombre de participant pour cette course ne cesse de grimper chaque année, alors pourquoi un tel engouement pour la course à pieds ?

Sport populaire la course à pied connaît un véritable succès depuis quelques années. Comment expliquer un tel phénomène, demandons à un marathonien comment lui même s’est-il retrouvé embarqué dans le peloton.

Interview de Geoffroy Garnier Marathonien en herbe

DSC_4076

Age : 23 ans

Objectif de temps de course : 3h30

Nombre de Marathon déjà réalisé : 2

M.L : Depuis combien de temps cours-tu et pourquoi as-tu commencé ce sport ?

G.G : J’ai commencé la course au lycée, en terminal, il y a 5 ans. Avec un ami nous voulions tous les deux nous remettre au sport. Ce qui était important pour nous c’était de trouver une activité que nous pourrions partager. Nous avons choisi la course à pied parce que c’est un sport non contraignant. Il n’y a pas d’inscription en club à faire, pas d’horaires à respecter et c’est un sport d’extérieur !

La premier fois que tu as participé au Marathon de Paris …. Raconte nous !

Ma première participation au Marathon de Paris c’était en 2010 avec mon père. J’avais une certaine appréhension au départ, la peur de ne pas réussir de terminer la course et d’être contraint à l’abandon. Finalement je l’ai fait en 4h. Tout s’est très bien passé et je n’ai pas ressenti le fameux mur du Marathonien, qui arrive généralement au niveau du trentième kilomètre, on ressent une grande fatigue physique et morale, souvent accompagnées de crampes dans les jambes.

Pourquoi recommencer ?

Tout simplement parce que une fois qu’on commence on a pas envie de s’arrêter là ! Je ne sais pas comment l’expliquer, c’est un besoin, une nécessité, notre corps y prend goût. J’ai réellement besoin de courir au moins une fois par semaine, ça me permet de me sentir bien dans ma peau. A ma deuxième participation je me suis inscrit à nouveau avec mon père, j’aime faire cette activité à plusieurs, on s’entraide pendant la course ! Cette année je serais avec mon beau père.

Que penses-tu de l’organisation générale du Marathon ?

On sent qu’il y a une grosse logistique ! De nombreux bénévoles que ce soit pour les ravitaillements ou pour les postes médicaux.  Je n’ai jamais rencontré de problèmes lors de mes inscriptions, du retrait de mon dossard ou encore le jour même. La seule chose où l’organisation peine un peu c’est au départ, nous sommes très nombreux à chercher notre sas de départ en même temps, il faut bien compter 1h pour trouver sa place ! Hormis ce point-la il n’y a vraiment rien à redire.

Suis-tu un entraînement particulier ?

Oui bien sur, c’est indispensable. L’entrainement varie en fonction des objectifs de chacun. Je fais 3 séances d’entraînement par semaine. Mais allier son agenda pro avec ces séances ce n’est pas toujours évident.

As-tu un régime alimentaire particulier ?

Seulement une semaine avant la course je m’impose des sucres lents à tous les repas pâtes, riz sont mes meilleurs amis pendant 7 jours afin stocker un maximum d’énergie ! Personnellement j’achète aussi le kit du marathonien avant la course, il contient un ensemble de produits hyper énergétiques pour nous préparer à l’effort.

Ton meilleur souvenir.

Lors de ma première participation avec mon père. Nous sommes allés boire une bière après la course, épuisés mais heureux d’avoir vécu ce moment ensemble !

Un mot d’encouragement pour ceux qui participent pour la première fois.

Ne pas stresser, si vous avez suivi un bon entraînement vous arriverez sans problème à la ligne d’arrivée !

DSC_4072

Selon une étude menée par les sociétés KantarSport, publiée le 26 mars 2013, pour le compte des Caisses d’Epargne, 21,6 % des 15-24 ans pratique la course à pied. Pourcentage qui est quasiment identique dans les autres catégories d’âge, 20,7% chez les 25-34, 27,6 % pour les 35-49 ans, et 30,2% chez les 50 ans et plus.

Ainsi, près de 56 % de Français, soit 28,5 millions de personnes, pratiquent une activité physique au moins une fois par mois. « La course à pied arrive en quatrième position des activités sportives quotidiennes les plus pratiquées en France, après la marche active, la natation, la randonnée et devant le VTT ». Une étude qui confirme, l’engouement observé ces dernières années pour la course.

Comme le faisait remarquer notre jeune marathonien Geoffroy, la course est un sport non contraignant, où on ne dépend de personnes. Il n’y a pas d’horaires, de quelconque salle de sport, à respecter, on peut pratiquer cette activité seul ou à plusieurs en extérieur. Ce qui explique pourquoi tant de personne choisisent ce sport comme activité physique, mais ce ne sont pas les seuls avantages :

- Sport à faible coût : La course à pied ne nécessite pas un gros investissement de départ.  Nous avons tous à priori une paire de basquet et un bon vieux jogging dans nos placards.

- Efficacité réelle : Que ce soit pour arrêter de fumer, perdre du poids ou garder la forme, la course permet de satisfaire tous ces besoins en plus d’apporter des bienfaits significatifs à tous les points de vue. (effets cardiaques, vasculaires, pour les muscles..) Sur le plan psychologique, la course à pied représente un réel allié lorsque l’on souhaite chasser les mauvaises pensées. Les français se préoccupent de plus en plus de leur santé, la course à pied est un sport permettant de garder une bonne condition physique et mentale.

- Simplicité : Pas besoin d’un entraineur à moins d’exercer ce sport à haut niveau. On a tous appris à courir après avoir su marcher !

Nouveauté 2014

Cette année le Marathon de Paris se nomme officiellement  « LE SCHNEIDER ELECTRIC MARATHON DE PARIS ». Schneider Electric, groupe industriel français qui fabrique et propose des produits de gestion d’électricité, a versé une certaine somme (non communiquée) lui permettant de s’adjuger le «naming» de l’épreuve. Les quatre autres grands marathons (New York, Berlin, Londres et Chicago) avaient déjà tous des sponsors titres. En France, 2014 est donc la première année où le Marathon de Paris voit son nom accolé à celui d’une société, et cela pour une durée de quatre ans.

Quand à Asics, équipementier officiel de la course, il vient de resigner avec l’organisation pour quatre ans supplémentaires. L’équipementier fournit les tenues des 3 000 bénévoles et des 150 personnes du staff.

logo_new

Le Marathon de Paris édition 2013 en quelques chiffres

- 39 967 coureurs au départ : record battu !

- 112 pays étaient représentés.

- 16 000 étrangers, soit environ 40 % du peloton au rendez-vous, dont 4 107 Britanniques inscrits à l’épreuve.

- 80 % des coureurs étaient des hommes.

- 65 à 110 €,  le prix du dossard pour franchir la ligne de départ.

- 50 millions d’euros, la somme des retombées économiques estimée pour la région parisienne.

- 1,5 million d’euros, somme de l’investissement de l’équipementier officiel Asics sur l’événement.

- 20 tonnes, les poids des bananes prévues sur les 9 stands de ravitaillement, ainsi que 16 tonnes d’oranges, 6 tonnes de pommes, 2 tonnes de fruits secs et 2,5 tonnes de sucre.

- 470.000 bouteilles d’eau.

- 28.000 litres de boissons énergisantes.

- 5 km: c’est la distance qui sépare chaque ravitaillement à partir du 25e kilomètre, dans lequel les concurrents peuvent s’alimenter en eau, raisins secs, oranges et bananes.

- 2h05’10″: c’est le temps du vainqueur de l’édition masculine 2012 le Kenyan Stanley Biwott, qui a réalisé ainsi le record dans le marathon de Paris.

- 6h: c’est le temps limite pour terminer la course.

- Et le seul chiffre qui ne change pas d’année en année : 42,195 km à parcourir.

Pour plus d’informations

Site du Marathon de Paris 

Page Facebook du Marathon de Paris 

Compte Twitter du Marathon de Paris 

Le défi personnel à la rencontre de Paris

 

3 comments

Laissez un commentaire :