Neknominations, stupidité de l’année ?

On en entend parler partout depuis quelques jours. De quoi s’agit-il réellement ? Neknominations, le jeu qui amuse, qui inquiète, qui tue. Explications ! Ce nouveau « jeu » arrive tout droit d’Australie, où en janvier dernier, un étudiant a bu sa bière « cul sec » et a ensuite dit à un de ses copains d’en faire de même. Cela est donc devenu une véritable mode petit à petit. Le phénomène s’est ainsi répandu en Australie, avant de toucher la Nouvelle-Zélande, et maintenant l’Europe.

D’où vient ce terme ? Tiré de l’anglais, « neck your drink » signifie « cul sec ». Le mot « nominations » implique quant à lui que les participants au jeu boivent « cul sec » leur verre d’alcool, avant de nommer trois de leurs amis qui devront le faire à leur tour. Chaque personne nominée doit par ailleurs se filmer et poster la vidéo sur les réseaux sociaux, tels que Facebook ou Tweeter ou Youtube, et citer à chaque fois plusieurs noms.

 

Pourquoi ce jeu inquiète ?

Alors que les jeux d’alcool ont toujours existé et sont fortement présents notamment dans les soirées étudiantes, pourquoi Neknominations inquiète ? On sait les jeunes toujours à la recherche de nouveaux challenges, ils cherchent ici une certaine forme de reconnaissance. Ce qui inquiète surtout, c’est l’aspect sinistre du jeu, puisque les participants sont réduits à être obligés de boire seuls devant leur smartphone. Etant donné que tous les « amis Facebook » voient les personnes nominées, ces dernières en question se sentent donc obligées de suivre la règle pour ne pas passer pour un perdant, d’autant plus qu’il y a parfois des gages pour les « neknominés » qui ont dérogé à la règle. Pire encore, certains participants qui souhaitent bluffer leurs amis et se mettre en avant dans leur vidéo, vont beaucoup plus loin et se mettent en scène dans des situations dangereuses ou ridicules. En Australie, un jeune s’est par exemple filmé en train de boire sur sa planche de surf. Certaines jeunes filles se filment avec des tenues « aguichantes ». Cela prouve bien à quel point les jeunes joueurs sont inconscients, et ne se préoccupent ni de leur santé, ni de leur image. Ils ne réalisent malheureusement pas le danger que ce jeu peut engendrer, et ne savent pas que les conséquences peuvent être tant physiques que psychologiques.

 

Quand le jeu devient morbide…

Il fallait s’en douter, un « jeu » si stupide conduit forcément au drame… Un jeune irlandais de 19 a été retrouvé noyé dans une rivière après avoir joué à Neknominations, et un autre de 22 ans a été retrouvé décédé dans son appartement. Un londonien de 20 ans s’est quant à lui effondré après avoir bu un mélange de différents alcools forts. Un gallois de 29 ans s’est écroulé après avoir bu trois quarts de litre de Vodka, et plus dernièrement, un rugbyman britannique de 20 ans a été retrouvé mort dans son appartement, quatre jours après avoir ingurgité un litre de Gin avec du thé, en postant le message suivant pour accompagner sa vidéo : « c’est comme ça qu’on boit », et en répondant à ses copains qui le mettaient en garde « je veux montrer que je suis le patron ». Cinq jeunes personnes ont ainsi perdu la vie à cause de ce nouveau jeu. Il s’agit d’une véritable roulette russe qui peut tuer les participants, qui ne sont pas suffisamment conscients des dangers de ce jeu, même après ces cinq décès.

Si les pratiques du jeu sont plus atténuées en France, les jeunes français n’en sont pas moins enthousiastes et la page Facebook Neknominations France atteint presque les 26 000 fans. Nous pouvons par ailleurs lire sur cette page les messages des joueurs insouciants, comme ce jeune homme qui a mis en ligne le post suivant : « Il y a eu 3 ou 4 morts depuis la sortie de ce jeu mais ce ne sont que des gens qui se prenaient pour Hulk mais qui on fini comme Amy Whinehouse voila tout. »

 

Un jeu(ne) intelligent

Si la plupart des joueurs sont irresponsables et se sentent obligés de jouer après avoir été « neknominé », un jeune bordelais, Julien Voinson, a eu une belle initiative et a décidé de changer les règles du jeu, qu’il trouvait stupides : « De mon côté, ça se passe en soirée. J’ai donc choisi de faire une vidéo intelligente et utile, quitte à déplaire, m’en bat les reins ». Le photographe a ainsi posté une vidéo sur Youtube, dans laquelle il offre dix hamburgers et deux bouteilles d’eau à un groupe de sans-abris dans la rue, avant d’inviter à son tour trois copains à faire pareil. Vue plus de 300 000 fois, la vidéo a été relayée sur de nombreux sites web et réseaux sociaux.

Thomas Despin, un des trois amis de Julien, a relevé le défi dans les temps. Il s’est ainsi filmé en train de donner toutes ses pièces à un SDF, d’offrir un repas à une femme et de donner des vêtements à une association. La vidéo a été postée sur la page Facebook Smart nomination Think different (794 mentions j’aime), qui invite donc à prendre le Neknomination de manière « intelligente ».

L’audacieux bordelais, qui se réjouit sur son profil Facebook d’avoir reçu «des messages plus positifs les uns que les autres, d’Angleterre, d’Espagne, de Belgique, de Martinique et des quatre coins de la France», espère avoir créer une vraie chaîne de solidarité.

 

Vitesse grand V

Ce n’est pas nouveau, à l’ère des réseaux sociaux et du numérique, tout va beaucoup trop vite ! A tel point qu’il est devenu difficile de contrôler tous les nouveaux phénomènes sur la toile, et les internautes ont l’air de plus en plus inconscients du danger que cela peut provoquer, que ce soit d’un point de vue physique ou psychologie. Tout se relaie très rapidement et une petite info peut se retrouver à la une de tous les journaux. La tendance est au buzz, il faut du nouveau, du rapide, de l’original. Mais bien souvent, les tendances passent vite. Tout prend beaucoup d’ampleur trop rapidement, et un tel jeu, par exemple, provoque trop d’engouement pour ce que c’est. Mais lorsque quelque chose est tendanciel, il est primordial pour de nombreuses personnes d’abonder dans ce sens et de suivre la tendance, aussi stupide puisse t-elle être. Un tel jeu et les lourdes conséquences qui lui sont attribuées prouvent bien que toutes les tendances ne sont pas bonnes à prendre et qu’il faut se montrer vigilant avec les nouveaux phénomènes et les réseaux sociaux.

Laissez un commentaire :