Les-10-stars-trop-payees-d-Hollywood_portrait_w858

Comment le cinéma hollywoodien parvient-il à faire de l’ombre au cinéma français ?

On associe souvent la France à la richesse et l’importance de ses activités culturelles, de la littérature, des arts, le théâtre, l’art de vivre et depuis plus d’un siècle, l’art cinématographique.

BFM Business publiait récemment les résultats décevants de son enquête quant à la rentabilité du cinéma français en salles. Ainsi, seulement 10 % des films sortis en 2013 seraient rentables. Un tableau assez accablant lorsque les plus gros budgets (L’Ecume des jours, Jappeloup, Boule et Bill, En solitaire, Mobius…) sont loin de ces objectifs.

C’est évidemment le film La vie d’Adèle d’Abdelatif Kechiche qui décroche le palmarès en 2013, en France, avec notamment une nomination internationale lors de la 71ème cérémonie des Golden Globes à Los Angeles qui sera finalement perdue, et le sacre d’Adèle Exarchopoulos, l’actrice principale dans la catégorie meilleur espoir féminin lors des César.

Quant au film de Guillaume Gallienne, les garçons et Guillaume, à table !  il s’agit d’un véritable sacre avec cinq victoires lors de la 39e cérémonie des César.

César 2014

Cependant, il est clair que le cinéma américain, ce qu’on appellera ici aussi le cinéma hollywoodien, exerce une domination sur l’industrie du cinéma au niveau mondial. Les films hollywoodiens envahissent les salles de cinéma du monde entier, ils connaissent un nombre d’entrées assez monumental et les stars d’Hollywood sont parmi les personnes les plus connues du monde.

Pourquoi le cinéma hollywoodien est-il comparable à un véritable empire?

Les films américains véhiculent l’American Way of life, reconnus à travers le monde et faisant rêver les spectateurs : le bel homme, la femme sublime, la famille heureuse, la belle maison, les valeurs américaines. Tout est souvent « parfait » dans les films américains, en particulier les blockbusters. En France, les films véhiculent un aspect plus « social », racontant des histoires plus modestes, plus réalistes, de la vie de tous les jours et souvent mélodramatiques. Ce qui a tendance à moins faire rêver les spectateurs. Or nous pouvons considérer que l’intérêt de la plupart des spectateurs est avant tout de se divertir. Parfois, le cinéma doit même être un moyen de s’évader de la réalité.

Le cinéma hollywoodien est donc globalement perçu comme un cinéma de divertissement, les plus gros succès en témoignent (films de super héros notamment). Il suffit de voir les deux films français les plus récompensés ces deux dernières années. Tandis que le film La Vie d’Adèle traite du débat autour de l’homosexualité ; Amour de Michael Haneke relate de la vieillesse et de la maladie. Il faut croire que cette tendance fait la différence en termes de rentabilité.

Puis vient la question de l’intérêt et l’admiration autour des acteurs hollywoodiens.

En effet, le cinéma américain repose principalement sur de grands noms, que ce soit les réalisateurs et surtout les acteurs, dit bankable. Ces acteurs et actrices sont réputés pour attirer beaucoup de spectateurs lorsqu’ils jouent dans un film, et sont extrêmement médiatisés aussi (exemple : Brad Pitt ou Leonardo Dicaprio).

orig-3099741

En France le terme de bankable est beaucoup moins applicable ou du moins pour très peu d’acteurs et réalisateurs. Même si le cinéma français jouit de la réputation de certains de ces acteurs fétiches, par exemple, Jean Dujardin (d’ailleurs automatiquement comparé à un Georges Clooney français) ou encore Vincent Cassel. Ce sont entre autres des acteurs qui jouissent d’une notoriété internationale mais qui sont loin d’être aussi rentables et sollicités que les acteurs hollywoodiens.

Qui dit gros succès, dit un gros capital acquis. Donc plus de moyens pour les films: des acteurs réputés, des effets spéciaux, un scénario solide, une publicité, tout ce qu’il faut pour faire un autre film à succès. Puis cela a un effet boule de neige avec les prochains films. C’est ainsi que le cinéma américain s’est développé dans la première partie du 20ème siècle.

Il est intéressant de souligner que le cinéma français a quant à lui un fonctionnement très particulier au niveau du financement par l’Etat (qui comble les trous des recettes par des subventions). Là où le cinéma hollywoodien est totalement privé et indépendant.

Le cinéma américain laisse également place au cinéma indépendant, ces petits films réalisés par des inconnus pour quelques millions de dollars et qui peuvent être d’énormes succès et révéler des talents. En France le cinéma indépendant n’existe pas vraiment, la frontière entre court métrage et long métrage est très épaisse et difficile à franchir. Aux USA ce n’est pas le cas, beaucoup de réalisateurs de clips musicaux arrivent par exemple à faire de très belles carrières dans le cinéma (David Fincher). Un fait qu’il nous est difficile d’explorer dans le cinéma français.

Mais ce qui diverge avant tout, c’est la promotion réalisée autour des films hollywoodiens. Il est surmédiatisé, à travers la TV, les réseaux sociaux, ou encore Youtube. De vrais aimants à spectateurs.

Cet écart de popularité se démontre notamment avec le selfie des Oscars qui a été tweeté plus de 2 millions de fois contre quelques centaines de fois pour le selfie des César. Il est vrai qu’une photo prise par l’humoriste Kev Adams avec l’actrice Cécile de France suscite bien moins d’intérêt qu’un selfie pris par l’humoriste Ellen Degeneres. Surtout lorsque ce dernier regroupe les plus gros acteurs du moment (Jennifer lawrence, Lupita Nyong’o ou encore Brangelina).

 

625115-selfie-oscars

VS

92886d6dce99bae2e979b010a1dbaf4a5319aa406fb8b

 

En conséquence, le cinéma français s’inspire petit à petit grandement des films américains (par exemple : les comédies romantiques comme l’Arnacoeur ou Les Gazelles). Mais aussi en matière d’effets spéciaux comme en témoigne le film récent la Belle et la Bête avec Léa Seydoux et Vincent Cassel, qui n’a rien à envier à une grosse production américaine.

Bande annonce de la Belle et la Bête désormais disponible en salles :

http://www.youtube.com/watch?v=Br3sErpjMQo

About sarah

Laissez un commentaire :