images

Les liens entre démocratie et médias 2.0

La démocratie suppose une pluralité d’opinions et d’idéaux, souvent incarnée par des partis politiques ou des leaders ayant les aptitudes de s’opposer, d’analyser et de juger le système politique.

La démocratie est un régime politique où le peuple trône; dans le sens où le peuple à la chance et le devoir de choisir, voter pour les représentants qu’elle souhaite voir au pouvoir. Le média est un moyen de transmettre des informations de manière collective. Les médias, quand ils le peuvent, agissent en faveur de la démocratie. Quand ils s’exercent dans un pays dit démocratique, ils ont cette capacité d’être ce mouvement de diffusion des opinions aussi opposées ou contraire à la morale soit elles. L’utopie de média parfaitement démocratiques et neutres est souvent contestée.

Quels sont réellement les liens entre démocratie et médias 2.0 ? Quels sont les impacts des médias 2.0 sur la démocratie ? Quel rôle cette nouvelle approche de l’information va-t-elle incarner au sein du régime politique démocratique ?

maga-ettori-web-2-0-et-democratie

 

Les espaces de débats publics sont à l’évidence un espace d’échange démocratique puisque ces espaces sont ouverts à tous. Les débats virtuels sont importants et se mêlent aujourd’hui de plus en plus à la vie politique. Dans ces forums, blogs ou encore réseaux sociaux c’est l’opinion de chacun qui compte. Ces médias 2.0 sont de véritables outils politiques. L’ensemble des moyens de diffusion de l’information est un support essentiel au fonctionnement de la démocratie. La diffusion a un impact énorme sur l’opinion publique et le choix de traiter une information plus qu’une autre est un choix qui doit être fondé mais qui peut aussi être contraire à la démocratie. Il peut exister malheureusement un maniement des médias par les grands groupes qui les financent. Les médias qui utilisent un mode de financement dépendant sont parfois contraints à défendre des intérêts plus que d’autres. C’est pourquoi le pluralisme des médias n’évoque pas toujours des opinions divergentes. Pourtant, les médias 2.0 luttent contre l’occultation de certaine actualité puisque sur internet, l’internaute est libre de consulter toutes les informations qu’il désire.

Sportifs-Social-Media-logo-communication-266x200

Ce mode de fonctionnement connaît pourtant des limites car la liberté d’expression dans un monde moins utopique et réel peut diffuser des rumeurs ou même des contenus préjudiciables pour les consommateurs d’information. De cette façon, on peut dire que les médias se sont démocratisés. Leur prix est en baisse et uniforme sur tout un territoire. En revanche, les médias d’opinions ont tendance à se décliner ce qui prouve bien «l’uniformisation de l’information ». Les utilisateurs d’internet semblent moins passifs face à l’information puisqu’ils ont la possibilité de consulter plusieurs sources. Ils se démarquent de plus en plus des consommateurs passifs qui regardent leur télévision, par exemple, sans interagir. Aujourd’hui, tout le monde est plus ou moins amené à donner son avis. Le développement considérable de blogs et de forums sur la toile en est une illustration. Mais c’est aussi au sein des réseaux sociaux que les internautes mettent en scène l’actualité même si cela est fait de manière concise. La liberté de partager des photos, vidéos ou idéaux peut s’avérer être une liberté déguisée puisqu’elle est contrôlée par la régulation des contenus réglementés par les législations nationales ou internationales. Ces contrôles nécessaires permettent bien des fois de retirer des contenus dangereux et ils permettent de respecter le droit des personnes et des marques, les propos racistes, les cyber-délinquants ou encore la lutte contre le démantèlement des spam…

20131203_social_media

Mais il peut y avoir des erreurs de jugement et donc un manque de liberté d’expression ou une censure abusive. C’est le cas d’un artiste qui s’est vu retirer son compte Facebook après avoir mis une photographie du tableau de Gustav Courbet, « L’origine du monde ». Facebook n’a pas distingué l’œuvre d’art, d’un contenu pornographique. C’est aussi le cas dans certains pays comme la Chine où des sites internet d’opinion, les réseaux sociaux sont censurés. Le ministère chinois des industries et des technologies de la communication bafoue, sans se cacher, la démocratie en imposant l’usage de logiciel filtrant l’information. Dans les pays dit démocratique l’intervention des publics est en plein essor; même les médias traditionnels comme la télévision se mettent à la participation, l’intervention et l’opinion des publics sur le monde de l’information. Le 19H45 de M6, lie le journal télévisé à l’internet, la passivité à la participation en proposant un sondage portant sur un sujet d’actualité. Les chiffres de ce sondage sont présentés en fin d’édition. Le consommateur est maintenant acteur, et les médias traditionnels perdent à ce titre le monopole de l’information. Le savoir n’a rarement, voire jamais, été aussi libre et disponible qu’au XXI ème siècle. Avec les médias 2.0, il est partout et chaque individu peut ajouter sa pierre à l’édifice. Wikipédia illustre bien ce phénomène puisqu’elle est une encyclopédie collective avec un contenu libre qui peut être modifié par tous en vue de l’améliorer. Elle reste toutefois une encyclopédie contesté de par ces nombreuses erreurs mais reste quand même une source utilisée par un grand nombre d’internautes, c’est dans ce genre de situation qu’il est nécessaire en tant que consommateur d’informations d’être vigilant dans sa façon d’envisager l’aide de ses médias 2.0, ils sont une source d’informations utiles mais qu’il faut savoir utilisés avec parcimonie couplé avec des ressources fiables et inaliénable comme les livres.

Les nouvelles technologies de l’information permettent une démocratisation de la culture et une vulgarisation des savoirs qui entraîne l’élévation sociale de tous puisque tout le monde est apte à s’informer de n’importe qu’elle manière soit-elle. Elles sont malheureusement aussi responsables d’une culture moyenne le tout culturel de Jack Lang amène dans le cas de consommateur qui ne vont pas plus loin dans leur quête de savoir à une culture de surface. « Les technologies libèrent la créativité » et deviennent plus accessibles avec la simplification des outils technologiques, des créations de blogs… Certains diront que les nouvelles technologies font apparaître une nouvelle classe dominante; c’est à dire les personnes ayant la capacité et le savoir de les maîtriser.

image

Nous avons pu observer ce lien qui unie démocratie et médias 2.0 dans l’actualité récente qu’ils s’agissent du printemps arabe qui par le biais des réseaux sociaux a permis aux peuples de prendre la parole aux sujets des problèmes de leur pays et à se rassembler dans la rue pour se battre pour leurs droits, malgré une censure extrême dans les médias de ces pays, les gouvernements n’ont pas pu censurer ses médias 2.0 qui ont permis le déclenchement d’un vrai mouvement populaire, il en est de même pour le rassemblement des indignés, les médias 2.0 leurs ont permis d’ouvrir le débat et de se rassembler. Pour conclure, les médias 2.0 s’axent sur une « démocratie coopérative » où les publics peuvent échanger de « tous à tous ». Les publics ont la possibilité de s’affranchir, de se mobiliser autour d’une conviction et d’établir une discussion sur des sujets négligés par les médias traditionnels.

Laissez un commentaire :