hollywood

Mayday Mayday!!! Y’a t’il un scénariste à Hollywood

Mayday Mayday!!!!
Y’a t’il un scénariste à Hollywood?

2681badb0d4438484f06ce00fdcd74f8

Afin de rendre la lecture de cet article plus agréable je vous propose en cliquant ci-dessous de pouvoir lire celui-ci en musique.
LOST IN HLLYWOOD – SYSTEM OF A DOWN

Depuis quelques années la grande mode cinématographique est au REBOOTREMAKE et PREQUELLE.
Est-ce une panne sèche d’inspiration des scénaristes, une envie pour les producteurs de faire plus d’argent avec moins d’efforts ou tout simplement envie de rendre hommage à de grands films, de les raconter différemment ou de conceptualiser ce que nos imaginations ont toujours rêvé?

Derrière ces mots barbares se cache un business bien huilé et qui a le mérite d’être une véritable usine à Blockbuster. Cependant les films issus de ces tendances ne sont pas tous voués au succès et à la réussite.

Je vous propose tout au long de cet article, de décrypter, pour vous,ces tendances.

 Mais qu’est-ce un Reboot ?

reboot

L’utilisation du terme Reboot est très récente. Initialement c’est un terme de geek qui signifie redémarrer le système d’exploitation d’un ordinateur.
Au cinéma le mot a été détourné de son origine tout en gardant l’idée de redémarrage.
En effet dans le 7ème art, faire un Reboot signifie redémarrer une franchise.
Bien souvent les Reboot sont utilisés pour reprendre une saga ayant perdu de son souffle pour différentes raisons tel que mauvais choix de réalisation, d’histoire, vieillissement dû aux progrès des effets spéciaux…
Il est important de souligner que les Reboot doivent réussir la difficile tâche de se démarquer de leurs aînés ce qui passe souvent par un changement d’acteur, de réalisateur, de décors, d’esthétique et enfin de point de vue.

Actuellement la mode est plutôt au « grounded » c’est-à-dire aborder les sagas de façon plus sombre et réaliste, avec des personnages plus encrés dans la réalité, des villes moins fantastiques prenant modèle sur les grandes cités américaines.

 Afin de mieux l’expliciter prenons l’exemple de la saga des Batman.

Tout d’abord par Tim Burton en 1989 (Batman) et 1992 (Batman : le Defi) .
La franchise est ensuite reprise par Joel Schumacher en 1995 (Batman Forever) et 1997 (Batman et Robin).
En 2005 soit plus de 15 ans après la 1ere version de Tim burton, Christopher Nolan  repris la franchise à zéro et réalisa un Reboot de celle-ci.
Un énorme pari, les 2 opus de Tim Burton apparaissant comme LA référence et  la dernière version  de Joel Schumacher laissant la saga Batman pour morte auprès du public.

Reprenons depuis le début.

Dans les 2  épisodes, Tim Burton le réalisateur, reste fidèle à son style c’est-à-dire sombre, violent, ténébreux avec une ambiance musicale parfaitement adaptée et composée par le célèbre compositeur Danny Elfmann.

Affiche de Batman et Batman : le défi - Tim Burton - 1989 et 1992

Il ne s’attarde cependant que très peu sur le personnage de Bruce Wayne interprété par Michael Keaton. Celui-ci reste relativement froid, distant et sans profondeur.
A mon sens, on pourrait même considérer que les personnages principaux des films sont les méchants qu’interprètent successivement Jack Nicholson dans la peau du Joker et Danny De Vito dans celle du Pingouin.

Affiche Batman Forever / Batman et Robin - Joel Schumacher - 1995/1997Par la suite, Tim Burton; considérant avoir fait le tour de la sage, laisse la place à un autre réalisateur Joel Schumacher. Ce dernier décida de casser les codes insufflés par Tim Burton et de créer son propre univers de Batman.
On y découvre une œuvre divertissante, mais dépourvue de sentiments, très caricaturale et aux décors surchargés. Malgré les vives controverses dues à ce changement de direction artistique, le film est encore un succès, sans doute dû à la présence de Jim Carrey ayant triomphé un an auparavant dans The Mask.

Le 4ème et dernier opus de cette génération, malgré un casting plus que prometteur (George Clooney dans le rôle de l’homme chauve souris, Arnold Schwarzenegger dans le rôle du super-vilain, Uma Thurman,…) fût un échec. L’explication se trouve sans doute dans le fait que le public n’a pas suivi une évolution artistique se dirigeant vers le mauvais goût, la surenchère de décors surchargés, des acteurs stars trop nombreux, trop peu crédibles dans leurs rôles et desservis par un scénario bien mal ficelé.

A la fin des années 1990 Batman est une franchise laissée pour morte par Joel Schumacher.

C’est en 2003 que Christopher Nolan réalisateur du célèbre Memento décide de refaire revivre la Saga.
Mais comment reprendre une saga qui se termina en échec financier cuisant?
Un pari fou?

Le réalisateur et scénariste du film décida donc d’effectuer un Reboot.Affiches des 3 Opus de Christopher Nolan

Pour ce faire il prit le parti de revoir l’histoire de Batman sous un angle plus sombre et ultra-réaliste en axant d’avantage les films sur la psychologie des personnages et notamment celle du héros : Bruce Wayne. Il  immerge le spectateur dans les origines même du personnage de Batman en s’attardant au fil des épisodes sur la dualité qui existe entre Batman et Bruce Wayne.
Cela permet au public d’éprouver plus d’empathie pour les personnages et notamment pour un  Bruce Wayne ,joué par  Christian Bale , en proie au doute, habité par des démons le hantant sans cesse.

Le 1er opus Batman Begins est un énorme carton avec  372 millions de dollars de recette pour 150 millions de dollars investit.
Nolan décide alors de poursuivre  les aventures de son personnage avec l’arrivée d’un méchant : le Joker.

Sur ce 2eme opus, Batman The Dark Knight, la tâche est plus ardue car c’est un personnage qui est apparu sous les traits magistrals de Jack Nichoslon.
Comment faire oublier les costumes hauts en couleurs bariolés violet, l’extravagance d’un personnage à l’humour aussi décapant que morbide , au visage si marquant ?
C’est là qu’intervient Heath Ledger malheureusement décédé 7 mois avant la sortie du film.

jack-nicholson-heath-ledger-joker

Il nous livre un Joker aux antipodes de l’orignal empêchant toute comparaison tant la différence est importante.Il réinvente un Joker psychopathe sans aucune empathie, désireux d’anarchie et de destruction, non motivé par l’argent mais uniquement par le chaos et voyant en Batman un compagnon morbide de jeux.

Le public ne s’y trompe pas et le film surpasse et dépasse les résultats du 1er avec 1 milliard de $ pour 185 millions investit.
Le 3eme et dernier opus qui clôture le Reboot, Batman The Dark Knight Rises, restent alors dans les mêmes veines que les précédents.

Avec cet exemple vous l’aurez compris que Batman fait cas d’école dans l’histoire des reboot tant la nouvelle version diffère de ces aînés en les faisant même oublier.

Un contre exemple d’un échec critique de Reboot : Spiderman.

En effet après une trilogie  réussi par Sam Raimi avec sous les traits de araignée Tobey MacGuire jouant le rôle d’un Peter Parker, étudiant looser,que les événements vont obliger à se révéler, difficile de faire mieux. D’autant que d’une part la franchise n’était pas terminé (un 4 étant sur les rails) et, d’autre part, seulement 10 ans s’étaient écoulées. (Spiderman 1, Spiderman 2 et Spiderman 3).
C’est donc à la surprise général q’un reboot est décidé par les studios.

The Amazing spiderman sort donc en 2012 sur nos écrans. On y découvre dans le grand respect des Reboot un nouveau casting avec des acteurs quasi inconnu.

Que penser de ce nouveau spider-man ?di

Pour ma part je pense que c’est un reboot raté pour plusieurs raisons.

La première provient du personnage de Peter Parker en lui-même. Même si The Amazing Spiderman semble plus proche de la BD original, les sentiments que le spectateur pouvaient éprouver à l’égard de Parker, le looser qui enchaîne les mauvais choix coté sentimental, qui possède tous nos défauts, laisse place à un Parker légèrement Hipster, beaucoup moins pathétique.
L’empathie se perd donc.

La seconde se situe au niveau de la réalisation. Le nouvel épisode ne parvient pas à se démarquer. Les progrès des effets spéciaux durant ces 10 dernières années ont permis de rendre les scènes de voltige dans la ville plus fluides et plus belles, certes, cependant les plans sont quasiment identiques et superposables donc à ce niveau là, la nouvelle version n’apporte rien de nouveau.

Enfin l’intrigue.
Sans spoiler la fin de The Amazing spiderman, le héros parvient finalement sans grande difficulté à sauver la ville de New-York.
Ce dernier épisode ne laisse malheureusement pas d’ouverture pour une suite laissant penser que les studios ont attendu de voir les résultats du box-office pour décider sur la poursuite de la saga.

Lors de sa sortie la version Reboot réalise un succès moins important que ces aînés, même si ce n’est pas l’échec annoncé par certains journalistes.
Il n’en reste pas moins qu’à la différence de Batman, The amazing Spiderman n’a pas réussi à se démarquer suffisamment de ses aînés et, ainsi, est forcement soumis aux critiques par comparaison.

Cela n’empêche cependant pas  Sony de lancer pour l’été prochain le 2ème volet de la saga car l’argent étant le nerf de la guerre, la franchise Spiderman reste rentable.
Espérons que la franchise ne s’essouffle pas et que le second volet soit à la hauteur des espérances des fans.

 

Vous l’aurez compris, faire un Reboot n’est pas une tâche si simple, mais lorsque celui-ci est réussi le succès et l’argent pour les studios est au rendez-vous.

 

Mais qu’est-ce qu’un Remake?

A la différence d’un Reboot, un remake est une adaptation fidèle à l’originale vu souvent comme un hommage. Ils utilisent des plans quasiment identiques, très peu de modification dans l’histoire, les personnages…

Très souvent les réalisateurs utilisent de vieux films inconnus de la nouvelle génération de spectateurs.

Je suis sur que vous ne saviez pas que ces films étaient des Remakes :

Ocean’s eleven réalisé en 2001 par Steven Soderbergh Remake de L’inconnu de Las Vegas réalisé en 1960 par Lewis Milestone.

ocean 11

True Grit  en  2010 par les frères Coen remake du film de  Henry Hathaway de 1969 :

trugrit

Scarface film rendu culte par la prestation de Al Pacino en 1983 remake du film de Howard Hawks sorti en 1932

scarface

 

Mais qu’est-ce qu’un Prequelles :

Back to the futur

Le Prequelle est un film sorti après le film original mais dont l’histoire se déroule avant celle-ci. Ainsi il permet d’expliquer une situation, l’évolution d’un personnage tel qu’on l’a connu dans le film initial.

L’exemple le plus connu est, sans conteste, la Saga Star-wars.

Episode 1 : Le menace fantôme -1999 Episode 2 : L'attaque des clones - 2002  Episode 3 : La revanche des Siths - 2005 Episode 4 : Un nouvelle espoir - 1977 Episode 5 : L'empire contre-attaque -1980  Episode 6 : Le retour du Jedi - 1983

Episode 1 : Le menace fantôme -1999
Episode 2 : L’attaque des clones – 2002
Episode 3 : La revanche des Siths – 2005
Episode 4 : Un nouvelle espoir – 1977
Episode 5 : L’empire contre-attaque -1980
Episode 6 : Le retour du Jedi – 1983

En effet les 1ers épisodes 4, 5 et 6 nous font découvrir Dark Vador, représentation du mal absolue. Au fur et à mesure de la trilogie on découvre des parcelles de son passé d’ancien Jedi, de père. Tous les spectateurs se sont alors demandés comment Anakin Skywalker avait bien pu devenir Dark Vador.

Et c’est ce que Lucas se propose de nous raconter plusieurs décenies plus tard au travers des épisodes 1, 2 et 3 où l’on découvre la génèse d’Anakin Skywalker.
Au final ces épisodes permettent aux spectateurs de mieux comprendre le passage du coté obscur d’Anakin ainsi que sa transformation en Dark Vador.
Pour aller plus loin encore, George Lucas utilise même une analogie entre l’un des personnages, Palpatine, et Hitler lors de son accession au pouvoir tout d’abord en tant que Chancelier élu et ensuite lors de sa prise de pouvoir et de l’instauration d’une dictature.

Avec ces épisodes on se rend même compte que le véritable héros de la saga Star-wars n’est pas, comme on pourrait le penser, Luke Skywalker mais Anakin alias Dark Vador.

Plus récemment, Prometheus, Prequelle de Alien,  nous raconte la naissance de l’humanité et des fameux Aliens apparus dans Alien le huitième passager.

 

Après lecture de cet article vous serez donc tous de véritables experts en Reboot, Remake et Prequelle.

A noter :  plusieurs franchises vont connaitre à leur tour un Reboot. Ainsi vous pourrez aller vous faire votre avis dans les salles obscures sur Robocop, Tomb Raider, les Tortues Ninjas ou encore Gozilla

 

Si cet article vous a intéressé n’hésitez pas à le partager sur  Facebook, Tweeter et autres réseaux sociaux.

 

Stéphane

Laissez un commentaire :