1826600

Vous avez dit Brasil ?

brasil

Le Brésil, c’est LA destination phare de cet été. Plages de sable fin, forte de sa culture artistique et sportive, de ses carnavals et festivités en tout genre, mais aussi de ses favelas et quartiers sensibles, de ses chirurgiens que toutes les stars s’arrachent … vous en savez autant qu’il en est dit dans les médias et dans l’actualité. Mais creusons un peu plus sur le plus grand pays de l’Amérique latine. Comptant aujourd’hui plus de 201 millions d’habitants, c’est définitivement une puissance économique en pleine ascension qui se cache derrière le drapeau vert et jaune.

La plus grande richesse au Brésil, c’est la culture et le peuple brésilien

La culture est à l’image du pays, à savoir immense et diversifiée, notamment grâce à son fort métissage. Autant du point de vue de la population, que de la musique, la danse ou la cuisine. On y danse la Samba, la Bossa Nova, la Lambada, mais aussi – et surtout – la Capoeira, cet art martial afro-brésilien qui puise ses origines dans les techniques de combat, et dans les danses des peuples africains du temps de l’esclavage dans le pays. C’est sans parler des carnavals, notamment celui de Rio de Janeiro, le plus grand carnaval du monde.

danseuse carnaval de rio

demonstration de capoeira sur la plage

bossa nova

Une culture du « m’as-tu vu(e) » qui n’est plus à faire

C’est au Brésil qu’est né l’engouement de la chirurgie esthétique. En effet, c’est un pays où la beauté et l’apparence sont primordiales, surtout chez les femmes. Pas seulement parce qu’elles passent leurs journées à proposer des remakes plutôt proches de la réalité d’ »Alerte à Malibu » sur la plage, mais parce que c’est aussi pour elles un moyen d’accéder à une certaine ascension sociale, dans un pays où les différences de classes sociales sont importantes et visibles. beaute-bresilienne-au-bistouriImplants mammaires, fessiers, injections de botox, tout est bon pour s’approcher de toute ressemblance avec une certaine poupée blonde dont je ne citerai pas le nom … et je parle des femmes, mais les hommes ne sont pas sans restes : eux, ce sont dans les mollets et les pectoraux qu’ils investissent pour avoir l’air un peu plus musclés. Et aujourd’hui, ce sont des pratiques que tout le monde s’arrache à travers le monde, et aussi parmi les stars qui composent notre quotidien. Oserai-je faire référence à une rappeuse afro-américaine qui s’est notamment fait remarqué par l’énorme taille de son fessier, son look totalement décalé et – accessoirement – par sa voix unique ?

Un paysage digne des plus belles cartes postales, ou presque

Salvador-Brésil

Non, ce n’est pas un rêve de vos prochaines vacances, c’est la ville de Salvador, ville située sur la côte est du pays.

Si vous réservez un séjour au Brésil, c’est sûrement l’un des sites touristiques où vous résiderez.

Des buildings et quartiers d’affaires qui n’ont rien à jalouser à ceux de la Défense, des plages et criques qui n’ont rien à envier à Trouville-sur-Mer non plus, tout est réuni pour que votre séjour y soit mémorable.

Mais ça, ce n’est que le profil droit du pays, le sommet de l’iceberg, là où tout le monde pense que la vie, c’est Disney. Car de l’autre côté, c’est une autre histoire. Je devrais même dire des centaines de millier d’autres histoires. De l’autre côté, c’est « the rude life« , à savoir les favelas, la violence et la criminalité. Ces bidonvilles brésiliens, apparus au début du 20ème siècle, regroupe aujourd’hui presque 1/3 de la population locale.

favela Ils sont fabriqués à base de matériaux de récupération, battis illégalement sur des lieux insalubres tels que des marécages, des pentes de collines, etc. Et depuis, ils y abritent 77% du commerce sous-terrain du pays et de la délinquance. Mais n’en faisons pas une généralité, une majorité des Cariocas (nom donné aux habitants des favelas) n’ont aucune relation avec « le milieu mafieux ».

Dans le milieu du sport, plus qu’un seul mot à la bouche : BRASIL !!

Cette république fédérative d’Amérique latine va accueillir, du 12 juin au 13 juillet prochain, la 20ème Coupe du Monde de football. Quelle fierté pour le Brésil, dont le football est le sport le plus populaire sur le plan national, que de recevoir les équipes du monde entier ! Le tirage au sort des équipes et des groupes a eu lieu le 06 décembre 2013, et c’est donc le Brésil qui ouvrira le bal le 12 juin prochain (face à la Croatie). Historiquement, cela est d’autant plus significatif pour le pays, car l’équipe nationale a remporté le Coupe du Monde à cinq reprises : en 1958, en 1962, en 1970, en 1994 et enfin en 2002. Qui ne saurait parler du roi Pelé, de Ronaldo, Ronaldinho, Kakà ou encore de Neymar ? Des joueurs dont la réputation n’est plus à faire, et qui font la fierté de leur pays.

La-Coupe-du-Monde-2014

Pour la minute historique, il faut savoir que la Coupe du Monde est un évènement connu de tous à travers le monde, mais qui est à l’origine le trophée majeur de la FIFA – Fédération Internationale de Football Association (*) – à l’initiative d’un certain Jules Rimet, qui donnera d’ailleurs son nom à la coupe en 1930. Chaque pays donnera son propre nom à cette compétition, avant qu’elle ne devienne officiellement la « FIFA World Cup » ou la « Coupe du Monde FIFA ». Les allemands l’appellent  » Die Weltmeisterschaft » ou encore « El Mundial » pour les pays latins et hispaniques.

Depuis l’annonce le 30 octobre 2007 par Sepp Blatter du pays organisateur, l’ancienne colonie portugaise a entamé des chantiers faramineux dans les douze stades choisis pour accueillir les 64 matches prévus. Mais à moins de 6 mois du lancement de la Coupe du Monde, et 2 ans des jeux olympiques d’été 2016, le monde entier a les yeux rivés vers ce pays organisateur, où le football ne constitue pas la seule réputation du pays. Plages de rêves, chirurgies esthétiques à moindre coût, mais surtout violences et criminalités en augmentation constante. Si le trafic y est estimé à hauteur de 8 millions de touristes sur la période estivale 2014, l’inquiétude n’en est pas moindre.

Parlons de faits survenus récemment : la présidente du pays du football, Dilma Rousseff a déclaré « ne plus [pouvoir] tolérer la violence dans les stades« . Ces déclarations font suites à une énième altercation sanglante lors d’un match de football le 08 décembre dernier. Suite à cela, elle exige la présence de plus de membres des services de police dans les stades. Parle-t-elle de cette même police fédérale, qui annonçait encore hier un mouvement de grève pour protester contre le manque de moyens pour assurer la sécurité pendant le mondial 2014 ? La réponse semble explicite, mais ce n’est pas une situation exclusive au Brésil, ne lui jetons pas la pierre.

police bresilienne en greve

Alors, avez vous prévu d’aller faire un petit tour au Brésil ? En attendant, croisons les doigts pour l’Equipe de France, en espérant que ça fonctionne aussi bien qu’en 1998. Allez, sortons les mouchoirs et souvenons-nous le temps de quelques minutes.

(*) La FIFA – Fédération Internationale de football Association a été fondé en 1904 à Paris, de l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques. Les pays fondateurs en sont les Pays-Bas, la Belgique, la Suède, le Danemark, la Suisse, l’Espagne et la France. Le Président actuel est Joseph Blatter, aussi dit Sepp Blatter, à  la tête de la fédération depuis 1998.

Laissez un commentaire :