actu_3285_image

Ceci est une révolution … l’impression 3D

Vous, oui vous, derrière votre écran qui vous relie au monde en un simple clic, en vous apportant au quotidien toute l’information que vous demandez, quand vous voulez, où voulez. Pouvez-vous imaginer un bouleversement comparable à celui d’Internet?

Imaginez un monde capable de reproduire en plusieurs exemplaires votre pizza préférée, la voiture de vos rêves, le corps d’une personne, ou encore votre tee-shirt fétiche par une simple impression.

Un monde merveilleux n’est-il pas ?

Oui, ce qui vous semble aujourd’hui digne d’un film de Spielberg est pourtant bel et bien en train de devenir une réalité. L’impression 3D.

Explication. Il s’agit d’un robot qui permet de piloter par ordinateur la fabrication d’objet en petites séries. Il est capable d’imprimer couche après couche un objet depuis un modèle en 3D. Il s’agit d’un processus de fabrication additive. Cette machine est commandée par un ordinateur lisant un fichier contenant le modèle d’un objet en 3D. Elle utilise un processus d’injection et de solidification de matière.

L’impression tridimensionnelle existe depuis le milieu des années 1980. A l’époque, cette technologie était très coûteuse et réservée à des prototypes et des maquettes dans le domaine industriel. La modélisation par dépôt de fil en fusion a démocratisé ce procédé. Un brevet d’utilisation a été déposé à la fin des années 1980 pour appartenir finalement en 2009, au domaine public.

L’impression 3D arrive pour le grand public !
Cette technologie inventée il y a désormais trois décennies, arrive maintenant chez les consommateurs. Depuis quelques mois, les innovations techniques en terme d’impression 3D connaissent une accélération sans précédent. Elles deviennent donc de plus en plus accessibles: les prix vont de 400 euros pour une imprimante «basique» jusqu’à 2000 euros.

De l’octet à l’atome
Cette innovation est une véritable révolution. Elle permettra de digitaliser n’importe quelle matière et de rendre réel et disponible un objet ou même une matière vivante.

A l’ère de la digitalisation des contenus, l’imprimante 3D est un nouvel outil allant dans la continuité des bouleversements de l’industrie des médias, des livres, du cinéma et de la musique.
En effet, nous pourrons télécharger, imprimer en enfin recréer la plupart des objets que nous utilisons au quotidien. Ils changent la relation des individus à l’objet. Ils attirent un public séduit par la philosophie du « Do It Yourself ».
L’impression tridimensionnelle permet aux professionnels de créer des prototypes de manière beaucoup plus rapide. Elle apporte un gain de temps incroyable pour la phase d’essai et la phase de création. Les objets vendus seront donc bien plus qualitatifs.

CubeX-Duo

« Le potentiel de révolutionner notre façon de fabriquer presque tout »
D’après le Président Obama, l’impression 3D sera la Révolution Industrielle de demain.
Dans son discours du 12 février 2013, il a surpris ses auditeurs en mettant en avant cette technologie : elle aurait “le potentiel de révolutionner notre façon de fabriquer presque tout”.
Pour le Président des Etats-Unis, l’impression 3D va permettre de relocaliser la production.

L’impact le plus important pour les imprimantes 3D est économique. Un article du New York Times explique que si l’impression 3D se démocratise, s’étend dans les usines et dans les foyers, l’économie intensive en travail et en coût passera à une économie intensive en « créativité et en ingéniosité ».

Le « bio printing »
Le bioprinting, ou l’impression de tissus humains, pourrait prendre un nouveau tournant. Pour la première fois, des scientifiques ont réussi à construire une imprimante 3D capable de déposer des cellules humaines. A long terme, la possibilité d’imprimer des organes vivants devrait résoudre le défi des dons d’organes.

Le fordisme est mort, vive la customisation de masse !
Cette nouvelle technologie annonce un profond changement. L’impression 3D est un moyen de relocaliser la fabrication d’objet dans le pays d’origine. Il n’y a plus besoin de faire fabriquer en masse à l’étranger pour obtenir un moindre coût. Selon certains économistes, de nombreuses productions pourraient être relocalisées. C’est donc tout le système économique local qui serait bouleversé.
Nos habitudes évolueraient avec de nouveaux types d’emplois créés. Les industries vont devoir s’approprier cette technologie. Le bouleversement le plus important est que l’on passe de la consommation de masse, à consommation ultra personnalisable, sur-mesure, c’est la fin du fordisme. Cette utilisation se démocratise par le fait que les machines sont de plus en plus robustes, les logiciels de plus en plus intégrés. La chaîne de valeur va être considérablement changée.

L’impression 3D remet en cause toute la chaîne de valeur
Le premier impact est l’écroulement du transport de marchandises.
Les objets produits auparavant dans les pays asiatiques pourraient désormais l’être en Europe, et donc entraîner une baisse des volumes de marchandises à transporter. Elle va bouleverser aussi les circuits d’approvisionnement des entreprises. Le stockage, les pièces détachées et les grossistes seront touchés.

On sera capable de téléporter un produit dans le monde.
Nous n’aurons plus besoin de passer par un grossiste puis de faire transporter un produit. On pourra imprimer à le demande des produits.
Un nouveau designer sortant sa nouvelle gamme de vêtement pourra avoir une distribution mondiale en quelques jours. Ce sera l’équivalent d’un Gangnam Style en version produit.

Les défis du droit de la propriété intellectuelle face à l’impression 3D.
Le grand enjeu pour les entreprises et cette nouvelle technologie est celui de la propriété et du copyright. Si on scanne un produit et que l’on met le fichier à disposition sur internet, nous pouvons nous retrouver demain avec de la contre façon au niveau mondial. Une accélération de la distribution va s’effectuer et il sera nécessaire de sécuriser les fichiers.

Cette innovation va avoir de lourdes conséquences sur l’impact écologique du commerce. On économise donc :· Le transport, l’emballage, le stockage, les déchets de production.

Le retail et l’imprimante 3D, quels changements?

Retail :

  • Choix limité ,disponibilité lente
  • Ouvert 8h/24h, 5 jours/ 7
  • Frais de livraison
  • Frais de stationnement
  • Queue fréquente
  • Customisation rarement possible
  • Impact Environnemental important

Imprimante 3D :

  • Choix illimité, disponibilité instantannée
  • Ouvert 24h/24, 7 jours/7
  • Pas de frais de livraison
  • Pas de queue
  • Customisation possible
  • Impact Environnemental réduit

Alors vous, oui vous, qui avez laissé place à Internet au travail, chez vous, et jusque dans votre poche, attention ouvrez grands les yeux, préparez-vous, une révolution est imminente.

One comment

  1. bien joli tout ça, mais ça entrainera un autre type de pollution:
    Je visualise déjà l’utilisateur privé faire des tonnes d’impressions, pour tester, pour essayer, pour améliorer… et ces résines et autres plastiques iront droit aux déchets…

    Je ne dis pas que c’est moins bien que ce qu’on à maintenant, loin de la, mais ça posera de nouveaux problèmes et de nouveaux défis…

    Et puis, a voir aussi que l’imprimante ne fait pas sortir sa matière première de nulle part. Elle vas devoir s’acheter cette matière, et là, on retrouve toute la problématique « perdue », mais sur un autre produit: un consommable de matière première, adapté a chaque imprimante… ça a un petit air de nespresso avec ses capsules je trouve…

Laissez un commentaire :