Chasse au Trésor 2.0

Chasse au trésor 2.0 : Quand les nouvelles technologies entrent en symbiose avec l’animation évènementielle

Qui n’a jamais entendu parler de chasse au trésor étant petit ? Ce traditionnel jeu de piste où l’on recherchait indices, preuves, récompenses ou plus fréquemment œufs de Pâques est-il appelé à disparaître progressivement face à la montée en puissance des nouvelles technologies et l’apparition du Rallye Interactif ? Mais en quoi consiste cette activité révolutionnaire et comment l’expérience de jeu s’en trouve modifiée ? C’est ce que nous allons détailler dans cet article.

Parlons Technique…

Lors de l’introduction du smartphone sur le marché de la téléphonie mobile, la création d’applications en tous genres a très vite suivi : Réseaux sociaux, GPS, Radios, Systèmes de traduction, Jeux… la liste est longue. Attardons-nous maintenant sur cette dernière catégorie. C’est en effet dans celle-ci que nous trouverons la chasse au trésor « nouvelle génération ». Développée à la base pour Iphone, les concepteurs ont réussi à décliner l’application sur Ipad et sur les téléphones embarquant Android. Ainsi, il sera possible de participer aussi bien avec un Iphone qu’avec un Samsung ou encore un HTC. Cependant, le BlackBerry, qui n’utilise ni le système d’exploitation IOS (Iphone et Ipad) ni Android, ne sera pas utilisable dans ce cadre.

Le Rallye Interactif, pour qui et comment ?

La chasse au trésor 2.0 est présente autant sur le marché B to C que B to B. Commençons par le premier secteur, celui s’adressant aux consommateurs. L’application CrazyCity, comme il en existe tant d’autres, propose ainsi de découvrir la capitale sous un angle différent du classique guide papier (appelé aussi Roadbook). A travers différents thèmes et quartiers, l’utilisateur pourra suivre les instructions et profiter des animations qui s’afficheront en temps réel à l’écran, celles-ci se déclenchant à chaque point-clé. Il aura également la possibilité de se géolocaliser à tout moment, c’est-à-dire observer sur son smartphone où il se situe exactement dans la ville grâce au GPS. Enfin, il bénéficiera des multiples questions/réponses qui lui seront posées au fil de l’aventure pour enrichir sa culture.

Abordons maintenant un public radicalement différent qui constitue le marché principal, le personnel d’entreprise. Que cela soit lors d’une formation, un incentive ou un séminaire, les sociétés proposant des animations évènementielles ont bien compris que cette application était une réelle opportunité pour stimuler et motiver les collaborateurs d’une entreprise.

MadCityZen, un des pionniers du genre, a conçu en 2010 un Rallye Interactif spécial Team Building qui plonge encore plus le joueur dans cette aventure 2.0. Il sera ainsi possible durant le parcours de prendre des photos qui seront envoyées en temps réel au PC central, puis diffusées lors d’une soirée ou publiées sur le site Intranet des collaborateurs, par exemple. On pourra également inclure dans cette chasse au trésor des questions liées à l’entreprise et, enfin, cerise sur le gâteau, le participant aura la chance de profiter d’une toute nouvelle technologie, la « réalité augmentée ». Cela consiste à rendre visible, sur l’écran du téléphone, un objet virtuel qui se superpose au paysage que l’on peut déjà voir. Concrètement, cela signifie qu’après avoir mis l’appareil en mode « appareil photo », le participant verra apparaître un logo de boisson sur son smartphone lorsqu’il passera la caméra devant un bar. Une fois que l’utilisateur sera assez proche du lieu, cette image se transformera en un bon pour une consommation gratuite. Bien évidemment, le barman aura été prévenu et payé au préalable. Précisons qu’il est tout à fait possible de modifier cette animation selon la volonté du client. Comme on peut le constater, on a rarement été autant immergé dans un jeu jusqu’ici.

Un exemple de Chasse au Trésor avec Smartphone en vidéo:

Mais cette immersion dans le jeu est-t-elle risquée ?

Les Nouvelles Technologies n’ont jamais été aussi présentes dans nos vies qu’actuellement, et le phénomène progresse d’année en année. La génération Z en est la preuve, appelée également « cyber-génération ».

Mais plusieurs questions se posent face à la montée des Nouvelles Technologies : les joueurs d’aujourd’hui seraient-ils capables de faire une chasse au trésor classique sans tablette, sans GPS, sans Internet ? Arriveraient-ils à réfléchir à plusieurs ? Arriveraient-ils à communiquer tout simplement ensemble ?

Retour à la source : l’Humain.

Alors que la plupart des personnes travaillent tous les jours sur un ordinateur, qu’elles sont sollicitées sur leurs téléphones personnels et professionnels à longueur de temps, n’ont-elles pas envie de se déconnecter au moins le temps d’une journée?

Si nous reprenons la base de la chasse au trésor, c’est une épreuve ludique où les participants, généralement regroupés en équipes, doivent trouver le « trésor » dissimulé par les organisateurs. Des indices et/ou énigmes sont généralement fournis pour permettre d’arriver au but.

Concernant la difficulté des énigmes ou du parcours en lui-même, certaines personnes les trouveront très simples, et les mêmes questions seront perçues comme infaisables par d’autres. C’est l’intérêt de faire ce rallye en équipe pour permettre une réflexion collective.

Se déconnecter le temps d’une journée devrait permettre aux participants de « lever la tête » et de communiquer, non plus par sms, mail, ou téléphone, mais de vive voix, face à face.

Cela leur permettrait d’être actifs socialement, en dialoguant entre eux, en allant chercher l’information, les réponses aux énigmes, sans pouvoir être aidés par Internet, mais en faisant tout simplement appel à leurs connaissances, à leur propre « matière grise ».

L’objectif s’en trouverait plus élargi, et bien plus impactant pour chaque équipe, mais aussi pour chaque individu. Et puis, quel intérêt d’une chasse au Trésor sans risque de se perdre, sans risque d’échec ?

Si l’on reprend la pyramide des besoins de Maslow élaborée sur la motivation, les participants sauraient quels sont leurs réels points forts et points faibles, et cela pourrait contribuer à une réorganisation dans le travail qui permettrait ainsi à chaque personne de mieux s’accomplir.

La plupart des participants à ces team-building, plus particulièrement au Rallye Interactif, ne savent pas comment se repérer dans une ville, ni comment se déplacer sans GPS. Cela leur apporterait une aisance et une débrouillardise plus importante dans la vie quotidienne.

 

Et la géolocalisation dans tout ça?

Enfin, la technologie GPS a ses propres limites. Elle n’est pas utilisable dans toutes les situations, le signal émis par les satellites NAVSTAR est assez faible et différents facteurs peuvent affecter la précision de la localisation : la traversée des couches de l’atmosphère avec, entre autres, la présence de gouttes d’eau, les simples feuilles des arbres peuvent absorber tout ou partie du signal et l’effet canyon, particulièrement sensible dans les gorges, en montagne ou en milieu urbain (phénomène de canyon urbain). Il consiste en l’occultation d’un satellite par le relief (un bâtiment par exemple) ; ou pire encore, en un écho du signal contre une surface qui n’empêchera pas la localisation mais fournira une localisation fausse : c’est le problème des multi-trajets des signaux GPS.

Pour la petite histoire, la qualité du signal du GPS a été dégradée volontairement par les États-Unis (Armée américaine) jusqu’au mois de mai 2000, la précision d’un GPS en mode autonome était alors d’environ 100 mètres. En mai 2000, Bill Clinton a autorisé l’arrêt du système de brouillage. La précision des mêmes récepteurs GPS est améliorée d’un facteur 10! On est passé à une dizaine de mètres de précision du jour au lendemain.

Le système de navigation GALILEO sera plus précis, mais le problème posé reste le même.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Etes-vous plutôt addicts aux NTIC ? Ou aimez-vous vous couper quelques fois de tous ces écrans ?

« J’ai débranché »

Thierry Crouzet, écrivain et blogueur français, a fait l’expérience pendant 6 mois de la « déconnexion », et le raconte dans son livre « J’ai débranché, comment revivre sans Internet après une overdose. »

Vous pouvez retrouver la présentation de son livre sur son blog.

One comment

  1. « La technique est moins importante que les hommes ou que la société, l’important, c’est le projet humain qui est derrière. »
    de Dominique Wolton Extrait du Internet et après (je vous recommande ce livre)
    Maintenant pour ce qui est de la Chasse aux trésors, le deal est une compétition entre une équipe « Gpistes » et des passionnés de CO.
    Le défi est lancé… en urbain et rural, comme en rallye Quoi !!!
    GPS vs SYLVA

Laissez un commentaire :