mark-zuckerberg

Facebook célèbre ses 10 ans

Le planétaire et incontournable réseau social fêtera, le 4 février prochain, son dixième anniversaire… 

fb

Si Facebook était un pays il serait le 3ème plus grand au monde, et pourtant, rien ne prédestinait ce réseau social à franchir les frontières de l’université d’Harvard.
Tout commence en 2004, Mark Zuckerberg alors jeune étudiant en informatique,  souhaite créer un site dont le but serait d’instaurer un réseau social à l’effigie d’un trombinoscope, réservé aux étudiants de son université.
Aidé par ses amis Eduardo Saverin, Dustin Moskovtz et Chris Hughes, il est alors loin de s’imaginer qu’il sera l’auteur d’une réelle révolution planétaire et numérique.

 

Un succès incontestable : 

mark-zuckerbergCe qui n’était donc, à l’origine, qu’un outil de cohésion et de communication entre étudiants d’une seule et même université est devenu, en quelques années, une véritable entreprise mondiale, faisant de ses créateurs les nouveaux Bill Gates de l’industrie informatique.

Car Facebook est tel un monde miniaturisé, qui compte pas moins d’1 110 000 000 utilisateurs dont 26 millions en France.  Un monde ou tous les « facebookeurs » réunis passent 700 milliards de minutes de leur temps sur le site chaque mois, et dont 57% des utilisateurs parlent plus en ligne que dans leur vie réelle.
Un succès tel qu’en 2010 est sorti sur les écrans « The Social Network » qui retrace la naissance du premier réseau social au monde.
Deux ans plus tard, le site lance la plus grosse introduction en Bourse de l’histoire des valeurs technologiques, tant en levée de fond qu’en capitalisation boursière. Il se hisse ainsi au second rang historique pour l’ensemble des Etats-Unis.

Facebook c’est donc tout un monde, un monde fait de succès planétaire et de controverses, un monde certes virtuel mais tellement présent, un monde qui fascine, énerve, effraye mais dont on ne pourrait plus se passer.

 

Un réseau social controversé : 

Facebook a conquis le monde mais il est aussi l’objet de nombreux questionnements au point de souvent défrayer la chronique.
Lorsque l’on sait que le site dispose de plus de 218 milliards de photos mises en ligne on ne peut que se demander si toutes ces données sont réellement protégées.

Par exemple, plus de 14 millions de comptes sont créés pour répandre du contenu indésirable et plus de 45 millions de comptes sont dupliqués et  s’apparentent, dans la plupart des cas, à de l’usurpation d’identité.

Les répercutions et les conséquences peuvent alors aller très loin…

De nombreux employés en ont fait les frais à cause de propos tenus sur le réseau social et rapportés à leurs supérieurs. En effet, la Cour d’appel considère Facebook comme un espace public ou l’on renonce à une certaine discrétion. Si, par malheur, des propos remettent beaucoup trop en cause la loyauté du salarié, ou si ce dernier affirme être en arrêt maladie alors qu’il publie au même moment des photos de ses vacances à la plage, la faute grave est alors tout à fait recevable et le salarié se retrouve ainsi licencié.

Facebook deserted by millions of users in biggest markets

Outre le licenciement, l’usurpation d’identité fait l’objet de nombreux débats.
Combien de personnes et même de personnalités ont vu leurs profils piratés et utilisés à leur insu. L’humoriste et acteur Omar Sy a ainsi fait appel pour usurpation d’identité lorsqu’il s’est aperçu qu’un internaute se faisait passer pour lui, en ajoutant de véritables amis de l’acteur ou encore en postant de nombreux messages et photos sur le mur.
Le Tribunal de Paris a alors condamné l’usurpateur à verser 1 500 € de dommages et intérêts pour atteinte à la vie privée et violation du droit à l’image.

Autre mal qui voit le jour partout dans le monde, l’effet Projet X : des fêtes étudiantes, ou lycéennes, qui dérapent et durant lesquelles tout bascule.
A travers le monde, de nombreuses soirées sont devenues surréalistes car ces événements ont été rendus public sur Facebook et vu par des milliers de non invités.
Se fut le cas pour une jeune adolescente allemande qui s’est vue dépassée par les événements. 1 600 étudiants ont répondu présents à son anniversaire, une centaine de policiers ont alors été déployés, l’un d’entre eux a été agressé et onze participants ont été arrêtés pour agressions, dégradations et résistances aux autorités.

Plus récemment encore, en juin dernier, on apprend que Facebook aurait collaboré avec la NSA, lui permettant ainsi d’avoir librement accès à toutes les données de l’ensemble des utilisateurs. L’agence d’espionnage peut donc se rendre, sans ordonnance de justice, sur les profils des facebookeurs et lire les courriers électroniques et les conversations, tant qu’il existe une probabilité « raisonnable » que l’un des interlocuteurs se situe à l’étranger. La loi américaine exigeant une ordonnance dans le cas d’internautes américains.
Quelques jours après ces révélations, on apprend par le New York Times, que l’ancien garant de la protection des données de Facebook est embauché par la NSA.

Le réseau suscite donc de nombreuses controverses, les débats sont loin d’être clos et les lois nécessitent encore de nombreux ajustements.

 

Un leader incontesté :

facebook-like

A l’aube de son 10ème anniversaire, Facebook demeure leader du marché avec un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards de dollars pour le dernier trimestre 2013. Quand certains le voient perdurer et continuer à se développer d’autres pensent qu’il n’est fait que pour être éphémère.

En effet, ces derniers jours, des chercheurs de Princeton ont prévu dans une étude que le réseau social perdrait 80% de ses utilisateurs d’ici 2017. Pour arriver à cette conclusion très controversée les chercheurs ont utilisés Google Trends en le comparant avec MySpace.
Facebook a répondu, non sans humour, à cette étude qui a largement circulé cette semaine. Trois employés du géant ont expliqué que, si l’on se base sur Google Trends, Princeton aura disparu d’ici 2021. Le tout avant d’ajouter qu’ils se sentent « encore plus inquiets de l’avenir de la planète » car cette même étude affirme qu’il n’y aura plus d’air sur Terre d’ici 2060.

En attendant de connaître le futur que nous réserve Facebook et pour fêter les 10 ans du premier réseau social au monde, le site de « Time Magazine » a mis en place un outil qui permet de calculer combien de temps nous avons passé sur Facebook depuis nos inscriptions.
Le principe est simple, l’application enregistre le nombre de minutes passées quotidiennement sur le réseau, sachant que la moyenne est de 17 minutes (on peut changer la durée). Elle se connecte ensuite à notre compte et remonte jusqu’au jour de notre inscription en prenant en compte nos publications.
Résultat : « j’ai perdu 28 jours, 13 heures et 9 minutes depuis le 14 juin 2008 »

Et vous quel sera votre score ? Réponse ici 

 

Laissez un commentaire :