7761303390_nabilla-benattia

TÉLÉ-RÉALITÉ : Piège ou tremplin ?

La télé-réalité, divertissement apparu depuis quelques années maintenant, devient un phénomène qui prend continuellement de l’ampleur. Ce quotidien télévisuel, omniprésent sur nos écrans, ne dépasse-t-il pas toutefois certaines limites ?

les-anges-de-la-telerealite

Tous les ans, des candidats partent pour des destinations de rêve afin d’accomplir un objectif professionnel.

Il y a plus de 10 ans maintenant que la première télé -réalité française a été lancée. Il s’agissait bien sûr de la première saison de Loft Story, laquelle on peut le dire, a fait un véritable carton ! Mais pourquoi ce succès ? Tout bonnement car c’était la première fois que le public pouvait suivre, quasiment 24h/24, le quotidien d’une bande de jeunes venus pour s’amuser et donner du spectacle. Ces émissions de télé- réalité sont devenues ensuite quotidiennes dans le monde de la télévision, certaines allant même jusqu’à transgresser les codes de comportement ou de respect humain. Très honnêtement, nombre de programmes dits de divertissement sont souvent intéressants, parfois même intelligents, comme Top Chef où la cuisine devient un art sous forme de défis permanents, ou encore Pékin Express, où on assiste à une véritable aventure humaine sur fond de voyages et de dépaysement pour le spectateur scotché à son fauteuil.

Cette année, pour la première fois en France, la télé -réalité a même eu droit à sa cérémonie : les Lauriers TV Awards 2014. Une vraie cérémonie « de prestige » où le public était venu récompenser ses personnalités préférées au travers de différentes catégories : Meilleur candidat, meilleure animatrice, meilleure programme de romance et de compétition ou encore meilleure télé-réalité pour laquelle ‘les Ch’tis‘ ont remporté haut la main le si convoité Laurier de Cristal ! Justement, parlons-en des Ch’tis : De sympathiques personnalités du Nord de la France, complètement catalogués à travers des préjugés un peu simplistes. Aucun d’entre eux ne peut émettre une phrase en bon français, mais cela ne semble pas du tout déranger le producteur de l’émission qui au contraire, les met en avant sur les scènes d’Hollywood, d’Ibiza ou de Mykonos. Disons-le, la cérémonie des Lauriers TV Awards qui s’est déroulée le 9 janvier dernier à la Cigale, n’a pas eu les retombées attendues : Public désintéressé, quelques petites groupies s’égosillant en tentant d’effleurer au passage un participant de la dernière saison de la Star Academy, salle à moitié vide et ambiance générale quasi nulle.

43dbfb569129df024dba156ac44aade5524bbd6cb1f8a

En plus de cela, c’est assez aberrant de constater que des milliers d’euros passent dans la production des émissions de télé-réalité. Ce qui devient indécent comparé aux crises et aux graves problèmes de famine dans une grande partie du monde. Les enfants peuvent continuer à mourir de faim, le plus important c’est qu’on puisse payer un séjour à Nabilla et toute sa famille pour qu’ils partent s’éclater en Californie. Malheureusement, depuis le Loft, les règles de casting ont bien changé. Si auparavant, les candidats possédaient un profil à peu près normal, ayant un métier tout à fait convenable, aujourd’hui, nous rencontrons sans cesse des stéréotypes auxquels une certaine partie des téléspectateurs vont malheureusement s’identifier ! Il faut l’avouer, cette remarque est valable aussi bien pour les hommes que pour les femmes d’ailleurs.

Capture d’écran 2013-11-26 à 13.25.57

L’émission ‘La Belle et ses Princes’ en est déjà à sa 3ème saison

Pour exemple

L’émission à succès de ces dernières années : La Belle et ses Princes diffusée sur W9. Dans une splendide demeure, quelque part dans le sud de la France, une jeune et belle femme (totalement seule et désespérée) n’arrive plus à trouver l’amour suite à des échecs sentimentaux répétés. Pour cela, elle décide de « se donner en pâture » devant la France entière (Qui sait, ainsi, elle aura peut-être plus de chance d’être touchée par la flèche de cupidon). Cette jeune femme donc, a le choix entre deux types d’hommes : Des prétendants, ceux bénéficiant d’un physique « atypique » mais qui ont soi-disant, une beauté intérieure et les séducteurs, des hommes avec une plastique de rêve, mais qui pensent à tout sauf à avoir une relation sérieuse avec une femme. Une fois de plus, les préjugés et stéréotypes basiques reviennent en force avec des « beaucoup trop moches » et « beaucoup trop beaux ». Comme si l’émission ne pouvait exister que par les extrêmes. Au cours de ces télé-réalité, nous assistons au continuel défilé de jeunes hommes qui fréquentent manifestement tous la même salle de sport, qui font appel au même tatoueur, qui sont fidèles au même coiffeur et au même centre d’UV. Du côté des « atypiques », l’exagération est affligeante : Lunettes, trop gros, trop petit, trop maigre, denture proéminente, acné sauvage. Tout est fait pour dégoûter la belle (et le spectateur !) La situation est d’autant plus difficile à vivre pour ces jeunes hommes complexés qui acceptent volontairement de se ridiculiser devant la France. Qu’espèrent-ils au final ? La célébrité ?

BaFEQFcIYAE70a6

Sur le web, les internautes n’ont pas hésité à se moquer des personnes ayant un physique « atypique ».

Parlons donc de la célébrité associée à la télé-réalité

Car oui, une fois l’émission terminée, ces jeunes gens se retrouvent avec un compte Twitter qui passe de 30 abonnés à 50 000 d’un coup, enrichi de commentaires d’ adolescents en extase, complètement fans de leurs « prestations » durant l’émission : il faut entendre par là, les séances de bronzage au bord de la piscine sur fonds de prises de têtes permanentes. « Je t’aime, tu es trop beau/trop belle, je rêve de te ressembler, répond moi s’il-te-plait, je suis au bout de ma vie ». Il s’agit là des déclarations de fans qui abondent désormais sur les réseaux sociaux. Pas étonnant donc, que beaucoup de candidats prennent la grosse tête et se considèrent comme des célébrités à la sortie de l’émission, confortés par le fait que si certains tombent vite dans l’oubli, d’autres cependant ont réussi à faire de la télé-réalité, un véritable business. Nous pensons bien évidemment à notre Nabilla nationale, qui depuis son fameux « Non, mais allo » a fait littéralement décoller sa carrière : Brevet déposé sur cette phrase. Désormais, si on la prononce c’est qu’on copie forcément la bimbo star ! Malgré tout, il faut reconnaître qu’elle a su bien mener sa barque : Défilé pour Jean-Paul Gautier, plateaux-télé à répétition, dynasty show à son nom, Nabilla a surement de quoi se payer 5 sacs Chanel par mois et nous en sommes ravis pour elle !

steevy-boulay-pl

Steevy Boulay, ancien participant de Loft Story est devenu chroniqueur et comédien…

Si certains s’en sortent bien en créant leur propre marque de vêtements ou en se lançant dans une carrière d’animateur télé et arrivent par conséquent à s’enlever cette étiquette de « télé-réalité ». D’autres ne se sont pas remis d’être la star d’une saison et n’ont pas su gérer la pression que l’émission véhicule derrière. Un cercle vicieux et autodestructeur se crée autour de leur vie et se referme comme un piège. On citera comme exemple pour argumenter ce propos, Loana, qui depuis plusieurs années maintenant enchaîne les dépressions et tentatives de suicide, alors que 10 ans auparavant, elle était au top de sa « gloire » grâce à Loft Story. Rappelons aussi la dramatique histoire de François-Xavier, candidat de la saison 3 de Secret Story, qui s’est donné la mort en 2011 en se jetant sous une voiture. Certains ont déploré l’absence d’un suivi psychologique adéquat qui aurait été nécessaire.

loana-frise-la-vulgarite-image-524902-article-ajust_930

En 6 ans, Loana a fait 5 tentatives de suicide…

Pour conclure

Disons que la télé-réalité n’a pas que des mauvais côtés, certaines peuvent être drôles et beaucoup de candidats ont malgré tout une personnalité attachante qui fait qu’on a envie de suivre leurs mésaventures. Heureusement que les jeunes filles ne sont pas toutes des bimbos et tous les hommes ne sont pas les machos qu’on voudrait nous montrer. Le spectateur se laisse aller, pour le jeu, à prendre partie et à soutenir « son » candidat, celui qu’il va trouver naturel et celui auquel il s’identifiera le plus. Eh oui, en dehors de ces fausses paillettes et cette médiatisation, il s’agit de personnes tout à fait normales et de personnalités attachantes. L’inconvénient est que de nos jours, les adolescentes rêvent de ressembler et de rencontrer des Ayem ou des Nabilla qui sont devenues pour elles des modèles de perfection. La nouvelle télé-réalité commence à créer un comportement, un stéréotype, qui devient la norme pour une certaine jeunesse influençable, faisant oublier par la même, l’aspect positif qu’on avait pu prêter à ce type d’émission au tout début de cette expérience. À croire que la nouvelle génération voit dans les candidats de télé-réalité, leurs nouvelles idoles…

télé réalité

About Hélène Allary

Chers lecteurs, chères lectrices,

J'ai pointé le bout de mon nez un jour de mai 1991 à plus de 9000 kilomètres d'ici sur une petite île sauvage: La Réunion.

Depuis toute petite, j'aime danser, la lecture et surtout profiter de la vie. Globe-trotteuse dans l'âme, j'ai eu la chance de visiter une quinzaine de pays, ce qui m'a permis de m'ouvrir l'esprit et découvrir beaucoup de choses.

Quand je ne suis pas dans un avion, j'ai les pieds sur terre et je travaille. Après l'obtention de mon diplôme de BTS Commerce International, j'ai décidé de me tourner vers un secteur, qui je pense, me ressemble plus: la communication.

Au cours de mes études et stages, j'ai pu m'essayer à différents postes: Attachée de presse chez BPR France, chargée de communication dans une association, ou encore Journaliste à la maison d'éditions Presse Educative. Je reconnais mon coup de coeur pour le journalisme et c'est pourquoi, j'ai décidé de retenter ma chance pour pouvoir développer davantage d'expérience dans ce domaine.

Résultat: Je suis rédactrice web freelance chez melty.fr, un site internet d'actualités pour les jeunes !

More? Find me on Twitter :).

One comment

Laissez un commentaire :