iphone-cupcakes

« Social food », une tendance qui devient une évidence !

Dimanche dernier, installée autour d’un excellent brunch, ma meilleure amie lance : « attendez les filles ! Je prends mon plat en photo ! » Soyons honnête qui d’entre nous n’a jamais vécu ce moment à table ?! Moi en tout cas j’y ai droit tous les weekends !

Face-food, Twitt-food, Instafood : le « food » à toutes les sauces

biscoitos-instagram_chá-com-cupcakes

Et oui, les réseaux sociaux, Facebook, Twitter & Co, s’imposent aujourd’hui comme les nouveaux médias « food » par excellence, faisant de la cuisine le nouveau plaisir à partager sur la toile.

Le succès planétaire des réseaux sociaux a déclenché, il y a quelques années, une nouvelle tendance chez les adeptes de nourriture : publier et partager une photo de son assiette deux à trois fois par jour. On qualifie même cette envie de partager nos plats de foodstragramming, tant le mouvement semble avoir pris de l’ampleur sur le web.

Le partage culinaire représente aujourd’hui un nouveau moyen de communiquer : poster la photo de sa dernière « réalisation » gastronomique ou tweeter sa dernière expérience dans le restaurant du coin est devenue un geste naturel pour beaucoup d’entre nous.

burger

Pas étonnant que la thématique du « fooding » soit troisième au classement des sujets les plus échangés sur la toile. Cette nouvelle manière de partager des moments de nos journées  constitue plus qu’un sujet de conversation mais un réel art de vivre.

Cette tendance est d’autant plus marquée en France où la gastronomie fait partie intégrante de nos mœurs, surtout lorsque l’on sait que notre cuisine est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Une opportunité sucrée pour les marques ?

Certaines marques ou distributeurs ont décidé de saisir ce nouvel engouement et de participer à la « révolution food » sur les réseaux sociaux  en faisant confiance aux internautes et aux blogueurs. Aujourd’hui, l’objectif des marques de l’agroalimentaire est d’intégrer le « food 2.0 » dans leur stratégie de communication.  Il faut capter tous les points de contacts avec le consommateur et rester attentif à l’évolution des nouvelles tendances.

food is social 2

Certaines marques mettent alors en place des partenariats avec des sites professionnels, d’autres intègrent les internautes comme une cible de communication à part entière et optent pour une campagne spécifique, ou encore, certaines entreprises laissent la parole aux adeptes du foodstragramming pour déterminer le choix ou plutôt la saveur de leur prochain produit.

Chaque marque doit profiter de cette évolution 2.0 et utiliser la force des réseaux sociaux pour créer, consolider ou accroitre leur e-réputation.

Cependant d’autres enseignes (sans doute trop prudentes) spécialistes de l’agroalimentaire restent sceptiques à cette nouvelle tendance et se demandent si un jeune internaute « IN » sur la toile peut garantir la croissance et la pérennité de sa marque/de son entreprise ?

Des distributeurs plus « terre à terre » pensent que le principal n’est pas de faire du buzz sur un mur facebook, ou avec un hashtag (#) mais avant tout de garantir des produits de qualité réalisés à partir d’études consommateurs faites dans les règles de l’art.

Mais soyons conscients que même si la tendance du partage du « food contenu » ne réside pas forcément dans le fait de faire du buzz autour d’une marque et/ou d’un produit, le bénéfice pour l’entreprise demeure bien réel. C’est en effet l’occasion pour la marque de créer un lien direct avec son consommateur afin de mieux comprendre ses attentes et donc, de répondre à ses besoins en visant le zéro défaut.

Food is social 1

Ce phénomène représenterait donc pour la marque un outil à inclure dans sa stratégie marketing : quelles sont les attentes des consommateurs ? Quels sont leurs doutes ? Comment la marque peut-elle les convaincre et les fidéliser ? Ainsi, les réseaux sociaux représentent l’opportunité pour la marque de « faire connaissance » avec son consommateur de façon plus immédiate et spontanée.

A travers les nombreux moyens utilisés par les internautes comme les photos, les vidéos ou les statuts et hashtags en tout genre, le consommateur est désormais un conso-acteur qui représente une partie de la richesse de la marque. Et les réseaux sociaux ont aujourd’hui pour rôle de mettre en scène un produit ou une marque en le ou la rendant « socialement » attractive et attrayante.

Facebook, Pinterest, Instragram & Co deviennent de réelles plateformes collaboratives d’un nouveau genre et sont particulièrement enrichissantes aussi bien pour le consommateur que pour les marques : bénéfices partagés des deux côtés !

Une tendance qualifiée de « pornographie alimentaire »

(ils sont fous ces ricains !)

Cela peut paraître étonnant et je peux comprendre votre « haussement » de sourcils mais cette mode de photographier et de poster ses repas a fait l’objet d’un débat sur le plateau d’une émission américaine : « Dr. Oz », dont l’animateur, Mohamed Oz, est également un célèbre chirurgien cardiaque.

Dr-Oz-Show

« Le porno alimentaire excite votre appétit d’une manière que vous n’imaginez pas, vous autorisant à baver après l’orgasme de la bouchée parfaite », voici la citation de l’animateur qui a fait l’objet de nombreuses retombées de presse aux Etats-Unis.

Selon lui cette nouvelle tendance aurait pour seul bénéfice « d’exciter » l’envie de manger des consommateurs ce qui intensifierait alors le problème de surpoids qui caractérise la population américaine. En effet,  le fait de voir des images de nourriture activerait la partie de notre cerveau qui génère l’envie de manger…

A ce sujet (étonnant mais prouvé), une étude réalisée par une psychiatre du Women ‘s College Hospital à l’université de Toronto déclare que, selon elle, ce nouveau rituel du « social food » serait le reflet d’un trouble alimentaire de la part du consommateur.

social-media-food_001Une chose est sûre, la nourriture nous obsède et devient aujourd’hui un objet d’expérience sociale. Que ce soit à travers les hashtags des « twittos » complètement addicts du petit oiseau bleu  (#homemade, #restoentreamis, #yummy), à travers les photos publiées et mises en valeur avec l’un des nombreux filtres proposés sur Instagram ou bien encore par nos identifications avec photos sur la découverte d’un nouveau restaurant: nos repas sont devenus des moments interactifs !

Assumons la tendance !

Nous aimons manger, partager nos bons plans et les diffuser sur la toile car tous ces moments sont synonymes de convivialité, de sincérité, de plaisir et de souvenirs ! Qui n’aime pas déguster les mets composés par nos grands chefs français ou bien se rendre dans la dernière brasserie en vue ? Le tout en famille, entre amis ou en amoureux ? Les réseaux sociaux et la cuisine n’ont pas finis de faire bon ménage car ils véhiculent exactement les mêmes valeurs de partage et de convivialité.

 

Alors préparez vos papilles, dégustez et partagez ! 

cupcakes-960x525

27 comments

  1. Pleins de nouvelles opportunités pour les marques !! Je pense en effet que dans cet article pas mal de personnes se reconnaîtront ! Merci Anne-Laure pour les connaissances apportées !!

  2. Article très intéressant. Nous sommes dans l’ère de la consommation collaborative et les marques jouent sur les recommandations des consommateurs pour améliorer leur notoriété via les réseaux sociaux.

  3. J’assume ! :). Je me reconnais plutôt pas mal dans cet article, et je pensais pas que ceci prenez des proportions aussi importantes. Comme l’a dit « Manon », merci pour ces connaissances ;)

  4. « ils sont fou ces ricains » mais ça m’a donné faim ! Je ne savais pas que cette tendance est réellement en train de s’ancrer dans nos habitudes mais je ne suis étonnée qu’à moitié étant donné que je suis la première à déguster et partager !

  5. Cet article est en totale harmonie avec l’air du temps et avec notre génération 2.0.
    C’est une réalité que tout le monde a besoin de partager et la cuisine connaît un véritable engouement (sûrement à cause des médias avec « top chef », « Masterchef » etc..).
    Les réseaux sociaux font parti du quotidien de chacun à présent, la plupart des gens en sont addicts et c’est pourquoi, partager ce qu’on mange et les bons plans dessus est une excellente idée.
    Très bon article, très bonne analyse !

  6. Je pense que tout est dit dans ces commentaires. Notre nouvelle façon de faire et de vivre y est parfaitement décrite .
    Quoi de plus sympa que le partage.
    Bravo pour cet article.
    Fabienne

  7. Très intéressant de voir qu’il peut y avoir tant de choses derrière une activité qui est devenu ordinaire . C’est vrai qu’on aime faire partager le plus de choses possible avec nos « amis » et d’autant plus les faire saliver! Merci Anne-Laure de m’avoir fait partager ce sujet auquel je me sens bien évidement concernée..

  8. Je trouve cet article très pertinent car on remarque bien que la cuisine, depuis quelques années, prend une place de plus en plus importante dans les médias et dans la vie de tous les jours et cela se fait de plus en plus ressentir sur les réseaux sociaux.

  9. Article drôle et intéressant. Merci pour toutes ces informations ! Et même si je ne suis pas une « social-foodeuse », je garderai cet article en tête si je travaille pour un groupe agroalimentaire ;)

  10. Je suis à la fois étonnée d’un pareil article car je ne m’y attendais pas du tout, mais c’est tout à fait la réalité. On partage aujourd’hui presque toute notre vie sur la toile. Même pour ce qui est de nos repas, incroyable ! A quoi peut-on s’attendre pour la suite !
    Article vraiment très intéressant ;-)

  11. Très bon article qui résume bien ce phénomène de mode, on se reconnais tout à fait ! Et la partie sur le food porn très révélatrice sur l’évolution de cette tendance.

  12. C’est un article très intéressant. En effet, c’est un sujet d’actualité qui fait beaucoup parler de lui.
    Aujourd’hui, à travers les blogs, Facebook, Twitter, les conférences, nous nous rendons compte que le « social food » est un phénomène bien réel.
    Merci pour cet article!

Répondre à Popo Annuler la réponse.